Vous êtes ici : Accueil / Actu / L'Open Source inquiète Microsoft

Actus Pilot Systems

L'Open Source inquiète Microsoft

Publié le 18/08/2008
Chaque année, Microsoft doit remettre un rapport à l'agence américaine de régulation des marchés financiers, la SEC (U.S. Securities and Exchange Commission). Cette année, le rapport accuse implicitement certaines entreprises se basant sur des modèles Open Source de profiter des idées de Microsoft à moindre coût.

Microsoft réaffirme aujourd'hui la menace en provenance de l'Open Source qui pourrait bien forcer la firme à baisser ses prix et ainsi réduire ses marges.

En 2005 déjà, il était écrit : "si l'adoption du libre augmente, Microsoft pourrait devoir baisser ses prix afin d'enrayer la diminution des ventes, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur son chiffre d'affaires et sur ses marges". La société reconnaissait alors que "la popularisation du modèle logiciel non-commercial pose un défi significatif à [notre] modèle économique" et reconnaissait implicitement la qualité de certaines solutions : "Des concurrents comme Mozilla offrent des logiciels qui rivalisent avec les capacités de navigation Web d'Internet Explorer".

Il y a trois ans, Microsoft écrivait que  "presque tous les constructeurs proposent des serveurs pour le système Linux. L'adoption de ce système par IBM a de plus accéléré son acceptation en tant qu'alternative aux systèmes Unix et Windows". On remarquera qu'aujourd'hui encore Big Blue continue de jouer les trouble-fêtes.

En un an, le géant de Redmond a obtenu un bénéfice net approchant tout de même 17,7 milliards de dollars, pour 60 milliards de chiffre d'affaires. La société se sent pourtant menacée par ces "entreprises en compétition avec [elle], basées sur des modèles open source [...] qui gagnent de l'argent via des services et produits complémentaires". Le rapport ajoute que "ces firmes ne supportent pas tous les coûts de développement et de recherche pour leurs logiciels. Certains utilisent des idées de Microsoft que nous leur avons fournies gratuitement à moindre coût dans le cadre de notre programme pour l'interopérabilité". Il y a encore un an, Steve Ballmer menaçait l'Open Source et ses utilisateurs pour de prétendues violations de brevets. Si depuis, la firme a fait quelques pas vers l'Open Source, ce rapport témoigne que Microsoft n'est pas encore prêt à embrasser la philosophie défendue par les pro-libres.

La firme prévoit une nouvelle fois que si "les logiciels open source devenaient plus présents sur le marché, ses ventes, son chiffre d'affaires et ses marges pourraient décliner". La bonne nouvelle interviendrait peut-être du côté des consommateurs, étant donnée la marge actuelle de la société, une plus rude concurrence pourrait permettre d'économiser quelques euros  sur les coûts des licences. Microsoft en viendrait-il à regretter ses initiatives - plus ou moins forcées - en faveur de l'interopérabilité ?

Source : The Inquirer et Génération NT

Newsletter