Vous êtes ici : Accueil / Actu / Qui peut lutter contre le Cloud d’Amazon ?

Actus Cloud

Qui peut lutter contre le Cloud d’Amazon ?

Publié le 10/01/2016
Les deux projets pour un Cloud souverain initiés par le gouvernement français en 2011 sont en chute libre. Amazon Web Service (AWS) publie des résultats de réussite totale. Une situation qui pose question. Est-ce pertinent de lutter contre un tel mastodonte et quelles sont les actions à l’échelle d'une PME ?

Amazon Web Services, une formidable réussite

Cloud souverain, un gâchis à la française, titrait les Echos du 24 février 2015 pour qualifier l’initiative française face aux services américains, en particulier celui d’Amazon Web Services [1]. Cela peut être un rebondissement de l’article de P. Humeau analysant la réussite d’Amazon qui reproduit avec AWS sa stratégie dans l'e-commerce : [2]

  • Excellence dans l’exécution : AWS ne cache pas sa logique d’automatisation extrême, partagée par Carlos Conde à TIAD [3]. En bref, que ce soit un livre ou un logiciel, il doit sortir du stock. AWS fait plus d’un millier de changements logiciels à l’heure et traque ses serveurs pour le faire évoluer, alors que d’autres cherchent à stabiliser leurs configurations.  

  • Richesse dans le Catalogue : AWS propose 16 architectures quand d’autres parlent seulement de machines virtuelles ou au mieux d’architecture d’hébergement d’application web. En fait, nous avons noté une nouvelle tendance dans les 4 dernières architectures : AWS affine ses offres existantes pour l’adapter aux exigences d’entreprise : hybridation, gouvernance, social.

  • Baisse en continu des prix : Les prix ont diminué plus de 47 fois depuis 2006. Les baisses sont significatives, par exemple 30% sur les instances réservées Linux et Windows et le stockage d’1 Go ne coûte plus que 0,0295 dollar par mois soit 60% de remise ! [4].  On peut prendre du recul en intégrant la performance et des cas clients, AWS reste dans le top 10 [5].

AWS est une formidable réussite qui ne se cache plus. Pendant des années, il a fallu fouiller dans les comptes annuels d’Amazon et spéculer sur le CA d’AWS. L’information est sortie en 2015 : 5 milliards de dollars, avec une croissance de 142% entre les premiers trimestres de 2014 et 2015 [6].

Le succès est d’autant plus remarquable que RackSpace, l’alternative à AWS créée la même année (2006), a failli disparaître l’année dernière [7] [8].

Mais le consommateur peut s’y perdre

Derrière la promesse d’une architecture informatique opérationnelle en une heure au lieu d’un mois, d’une quantité de services toujours plus riche, de là à devenir l’équivalent d’un supermarché avec des prix toujours plus bas, il reste encore du chemin à parcourir :

  • L’informatique est loin d’être dans le Cloud, même si certains  disent que 90% des entreprises l’ont déjà adopté [9];  sur les 400 interrogés, il est fort à parier qu’une grande partie pratique du SaaS et subit les choix d’éditeurs de logiciels. Et la situation aux Etats-Unis n’est pas encore réalisée en France. Une autre étude annonce que le Cloud représente seulement 12% des applications utilisées par les entreprises européennes [10].

  • La richesse est source de confusion dans les PME. La migration des ressources informatiques dispersées dans les entreprises vers un lieu commun nommé Cloud ne réduit en rien le nombre de composants et le fonctionnement complexe associé. Pas étonnant donc qu’AWS ait autant de solutions, puisqu’il a pour objectif de remplacer votre SI existant. La valeur ajoutée d’un fournisseur Cloud se fait au niveau de l’optimisation des coûts via l’économie d’échelle. Encore faut-il savoir par où commencer ? Que fournit AWS et que dois-je développer ? Seul un expert peut se retrouver dans un catalogue de plus de 1500 articles classés en 25 catégories, cf. schéma ci-contre.

  • Les témoignages et offres d’essai gratuits doivent convaincre. AWS a planifié 28 évènements Summit 2015, dont le 23 juin à Paris. AWS s’adresse au néophyte autant qu’à l’utilisateur expérimenté, promettant au premier une formation accélérée et au second du contenu technique pointu. À chacun la possibilité de 1) découvrir les meilleures pratiques pour déployer, optimiser les performances, surveiller, gérer, réduire les coûts et 2) rencontrer les experts pour avoir les réponses techniques.

Quand il faut regarder ailleurs

C’est en analysant les clés du succès d’AWS que les raisons de choisir une alternative deviennent évidentes. AWS vise la simplicité et le pragmatisme. AWS c’est le McDonald de l’informatique : des articles bien définis, une logistique sans faille, la capacité d’encaisser toutes les demandes et un prix visiblement bas. Mais tout le monde trouve-t-il son bonheur dans le fast food ? AWS ne couvre pas les exigences suivantes :

  • La transformation numérique. C’est un processus d’analyse de l’existant et de création de nouveaux moyens pour un nouveau canal qu’est le numérique et à destination d’un nouveau public. Partir directement avec AWS c’est s’exposer à reproduire l’existant et passer à côté de l’innovation et la transformation de l’entreprise.

  • La pérennité. C’est souvent l’objection rencontrée dans les discussions avec les PME qui ne doutent peu de l’entrée dans l’AWS mais de la … sortie. Une fois habitué à payer moins, cela devient logique de vouloir changer pour le fournisseur le moins cher du moment. C’est peut-être aussi un réflexe gaulois qui veut contrôler les évolutions.

Certains choisissent aujourd’hui Amazon comme d’autres choisissaient jadis IBM ou Bull : c’est le leader et l’idée reste que cela ne peut pas être un mauvais choix. Les fans d’AWS peuvent aussi s’appuyer sur l’étude de Gartner habituellement très critique vis-à-vis des situations monopolistiques [12].

Les AWS-sceptiques craignent des rapports commerciaux difficiles entre des parties. Tout les sépare : taille, culture, métier. AWS privilégiera forcément sa propre rentabilité et il n’y aura de réglementation similaire à celle imposée aux opérateurs de se répartir la couverture complète de la France. Ils ont vu ce qu’Amazon a fait avec ses partenaires : imposer des choix et un plan de marche sous peine d’être remplacé.

De plus, AWS est un excellent choix qui ne garantit malheureusement pas toujours des résultats, selon l’hypothèse de la reine rouge [13]. Le choix des uns a été annulé par celui des autres. La PME doit non seulement évoluer mais aussi le faire mieux que ses concurrents.

Un exercice difficile et pourtant vital, même à très court terme. Une navigation à vue qui  demande l’intervention et l’accompagnement d’un pilote.

L’offre Cloud broker de Pilot Systems consiste à regarder AWS et au-delà, en particulier 1) l’objectif visé pour déterminer la meilleure trajectoire et les moyens associés et 2) ce que fait la concurrence pour déterminer l’urgence des décisions et la vitesse d’exécution.

Références

[1] Cloud souverain, un gâchis à la française. S. Cassini, le 24/02/2015
http://www.lesechos.fr/24/02/2015/LesEchos/21884-030-ECH_cloud-souverain--un-gachis-a-la-francaise.htm

[2] Qui peut lutter contre Amazon ? P. Humeau, le19/03/2013 http://www.ecommerce-squad.com/news/qui-peut-lutter-contre-amazon.html#comment-2777

[3] 5 points à retenir de TIAD. C. Huynh, le 28/03/2015 http://www.pilotsystems.net/actus/5-points-a-retenir-de-the-incredible-automation-day

[4] Prix du Cloud : Amazon réplique à Google, mais ne fait plus la course en tête. R. Fléchaux, le 28/03/2014 http://www.silicon.fr/prix-cloud-amazon-replique-google-93501.html

[5] Comparatif Cloud : Cloudwatt prend la tête du classement Cloudscreener / Cedexis.  A. Crochet-Damais, le 13/05/2015. http://www.journaldunet.com/solutions/cloud-computing/comparatif-cloud.shtml#cloud-comparatif-de-prix

[6] Amazon : 5 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans le cloud. A. Crochet-Damais, le 24/04/2015. http://www.journaldunet.com/solutions/cloud-computing/chiffre-d-affaires-d-amazon-web-services-0415.shtml

[7] Rackspace, première victime de la guerre des prix dans le cloud ? http://www.usine-digitale.fr/article/rackspace-premiere-victime-de-la-guerre-des-prix-dans-le-cloud.N263389

[8] Rackspace Ends Formal Evaluation of M&A Transactions; Focus Remains on Managed Cloud Market Leadership. Com TIA

[9] 5th annual trends in Cloud Computing. ComTIA 

[10] The state of adoption of Cloud applications. http://sites.tcs.com/cloudstudy/the-state-of-adoption-of-cloud-applications#.VWxBYs-8PRZ

[11] 2015 AwS Global summit series http://aws.amazon.com/fr/summits/?trkCampaign=summit_sf_bootcamps&trk=ha_event_summit_2015_434

[12] Magic Quadrant for Cloud Infrastructure as a Service, Worldwide. Gartner 18/05/2015 http://www.gartner.com/technology/reprints.do?id=1-2G2O5FC&ct=150519&st=sb

[13] The red queen effect in business. V. Higuera http://smallbusiness.chron.com/red-queen-effect-business-31988.html






L'auteur
Chuyen Huynh Chuyen Huynh

Avec 8 ans de pratique Cloud et des projets réussis dans les grands comptes, Chuyen construit avec Pilot Systems une offre Cloud broker pour que les PME franchissent plus vite le pas vers le Cloud.

Auparavant, il était architecte d'entreprise chez IBM, responsable Offre Virtualisation chez Devoteam, avant-vente logiciel d'automatisation chez HP et spécialiste Cloud chez Cisco.

Ingénieur des Mines d'Alés de 1986. MBA de l'Université d'Austin au Texas de 2003.

07 52 67 66 67
cloud-broker@pilot-systems.net

Newsletter